Index du Forum


 
 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerFacebookGalerieMedialyptiqueConnexion

:: A propos des statuts du moniteur solaire ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Les menaces naturelles -> Le soleil
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
MaiƉwaяяi0​r
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Fév 2011
Messages: 365
Localisation: France

MessagePosté le: 12/07/2011, 01:06    Sujet du message: A propos des statuts du moniteur solaire Répondre en citant

Voici ici de quoi vous éclairer sur les échelles de mesure et les niveaux d'alerte du moniteur de surveillance solaire.



Le soleil, corps chaud à une température de plus de 6000 degrés Kelvin, il émet une énergie sous forme d'un rayonnement électromagnétique. Les longueurs d'onde de ce type de rayonnement dépendent de la température. En raison de la température élevée du soleil, les longueurs d'onde dans lesquelles le maximum d'énergie est émis recouvrent le visible entre 0.4 à 0.75 microns et le proche InfraRouge.

Le rayonnement recouvre un spectre qui intéresse donc à la fois les problèmes lumineux (éclairement lumineux) et les problèmes énergétiques (rayonnement solaire). L'ensemble des rayonnements électromagnétiques est très vaste puisqu'il va des rayons cosmiques qui nous parviennent de l'espace intersidéral jusqu'aux ondes hertziennes (grandes ondes, ondes moyennes, courtes et ultra-courtes utilisées en radio et télévision) en passant par l'énergie solaire et la lumière visible. L'intensité du rayonnement n'est pas constante et augmente énormément lors des éruptions solaires pendant les maxima du cycle solaire.



On distingue trois catégories de rayonnement solaire :

-L'émission du Soleil calme appelé constante solaire,
-La composante lentement variable,
-Les sursauts solaires.

Les manifestations radioélectriques des éruptions solaires se produisent surtout en période de grande activité solaire en accompagnant l'évolution des taches. Leurs effets viennent s'ajouter au rayonnement du Soleil calme et aux variations lentes qui peuvent provoquer des perturbations graves dans les radio-communications.

Une éruption solaire est un événement primordial de l'activité du Soleil.

Elle se produit périodiquement à la surface de la photosphère et projette au travers de la chromosphère des jets de matière ionisée qui se perdent dans la couronne à des centaines de milliers de kilomètres d'altitude. Elle est provoquée par une accumulation d'énergie magnétique dans des zones de champs magnétiques puissants au niveau de l'équateur solaire, probablement suite à un phénomène de reconnexion magnétique. Les éruptions solaires suivent trois stades, chacun d'eux pouvant durer de quelques secondes à quelques heures selon l'intensité de l'éruption. Durant le stade précurseur, l'énergie commence à être libérée sous la forme de rayons X. Puis les électrons, protons et ions accélèrent jusqu'à approcher la vitesse de la lumière lors du stade impulsif. Le plasma se réchauffe rapidement, passant de quelque 10 millions à 100 millions de kelvins.

Une éruption donne non seulement un flash de lumière visible, mais émet également des radiations dans le reste du spectre électromagnétique : rayons gamma, ondes radio et rayons X. Le stade final est le déclin, pendant lequel les rayons X mous sont une fois de plus les seules émissions détectées.

Du fait de ces émissions, certaines éruptions solaires peuvent perturber les transmissions radioélectriques terrestres (orage magnétique) et provoque l'apparition des aurores polaires en entrant en interaction avec le champ magnétique terrestre.

La première partie du moniteur que vous trouverez sur le site indique donc l'intensité des éruptions solaires en cours

Les éruptions solaires sont classées en différentes catégories selon l'intensité maximale de leur flux (en watts par mètre carré, W/m2) dans la bande de rayonnement X de 1 à 8 Ångström au voisinage de la Terre (en général, mesuré par l'un des satellites du programme GOES). Les différentes classes sont nommées A, B, C, M et X. Chaque classe correspond à une éruption solaire d'une intensité dix fois plus importante que la précédente, où la classe X correspond aux éruptions solaires ayant une intensité de 10-4 W/m2. Au sein d'une même classe, les éruptions solaires sont classées de 1 à 10 selon une échelle linéaire (ainsi, une éruption solaire de classe X2 est deux fois plus puissante qu'une éruption de classe X1, et quatre fois plus puissante qu'une éruption de classe M5). Ces sigles correspondent à la mesure de la puissance du rayonnement X, telle que déterminée par le système GOES.

La première partie du moniteur du site indique donc les éruptions solaires en cours classées en 4 niveaux comme suit:

STATUT DES EMISSIONS X SOLAIRES

Les données sont issues périodiquement du serveur FTP du NOAA et des satellites GEOS 8 et GEOS 10, pour les dernières 24h.

Le flux de rayons X solaire est calme (1.00e-6 W/m2)

Le flux de rayons X solaire est actif (1.00e-6 W/m2)

Un éclat de classe M s'est produit (1.00e-5 W/m^2)

Un éclat de classe X s'est produit (flux de rayons X = 1.00e-4 W/m^2)

Un évènement en rayons X sans précédent s'est produit (flux de rayons X= 1.00e-3 W/m^2)

Les champs magnétiques interagissent en eux, celui du soleil variant régulièrement le champ magnétique terrestre y réagit. Les phénomènes particulièrement violent des éruptions solaires projette d'énormes nuages de plasma et d'ondes dans l'espace, qui ont le pouvoir de perturber fortement ces champs magnétiques et de provoquer des fluctuations magnétiques sur Terre.

La deuxième partie du moniteur du site indique donc l'activité du champ magnétique terrestre qui réagit à l'activité solaires et dont les vents dits vents solaires peuvent prendre plusieurs jours à nous parvenir du soleil

Les variations K sont des perturbations irrégulières du champ magnétique causées par le flux de particules solaires mesuré sur une période de 3 heures. Toutes les autres autres perturbations régulières ou irrégulières sont des "variations non K". L'activité géomagnétique correspond à l'occurence de K variations.

Les perturbations géomagnétiques peuvent être suivies par des observatoires au sol qui enregistrent les 3 composantes du champ magnétique. L'index global Kp est calculé par la valeur moyenne des niveaux de perturbation dans les deux composantes horizontales du champ, prises sur 13 stations subaurorales sélectionnées.

"Kp" signifie "Kennziffer Planétaire". La définition suivante des "variations K" a été donnée par Siebert (1971): Les variations K sont des perturbations irrégulières du champ magnétique causées par le flux de particules solaires mesuré sur une période de 3 heures. Toutes les autres autres perturbations régulières ou irrégulières sont des "variations non K". L'activité géomagnétique correspond à l'occurence de K variations.

STATUT DU BOUCLIER GEOMAGNETIQUE

Les données sont issues périodiquement du serveur FTP du NOAA depuis 12 ou 13 sites autour du monde.

Le champ géomagnétique est calme (Kp < 4)

Le champ géomagnétique est instable (Kp = 4)

Une tempête géomagnétique s'est produite (Kp > 4)

En cliquant sur les statuts du moniteurs vous parviendrez aux différents graphes qui en expliquent leur teneur

Voici une vidéo de 2008 de la NASA (en anglais) qui explique la position des nombreux satellites (sentinelles) qui surveillent les différentes activités dans notre héliosphère...



Source: naturealerte

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 12/07/2011, 01:06    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Les menaces naturelles -> Le soleil Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Apocalypse theme created by MaiƉwaяяi0​r © 2011
Powered by phpBB © 2001, 2010 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com